Journée thématique AUTOUR DES PATRIMOINES POSTCOLONIAUX ET MINORITAIRES

Institut culturel italien – Rue d’Alger

6 novembre 2020

En Méditerranée comme ailleurs, les sociétés actuelles portent toujours les traces des matrices politiques
et identitaires qui ont régi leur passé. Discrets ou flagrants, ces témoignages s’imposent dans les paysages
comme dans les relations sociales, au point de sembler être un état des choses non questionnable.
Pourtant, depuis plusieurs décennies déjà, de nombreux acteurs (militants, artistes, auteurs) s’appliquent
à démontrer, à l’image des précurseurs des cultural ou des subaltern studies, que les rapports inégaux du
présent doivent être éclairés (ou dénoncés) à la lumière de l’histoire afin que soient construites des
lectures plus apaisées du passé ainsi que des sociétés plus soucieuses de la place de chacun. En ce début
de XXI e siècle, les exemples se répondent aux quatre coins du monde pour que soient reconnues les
souffrances comme les inégalités du présent. Ce mouvement, qui associe souvent justice mémorielle et
activisme politique, est au cœur des œuvres des artistes exposé.e.s dans Rue d’Alger ainsi que des
contributions des invité.e.s de cette journée thématique. Leur présence donnera l’occasion de débattre de
ces nouveaux défis pour des Etats-nations dont la construction s’est souvent faite au mépris des
particularités et dans le déni de certaines oppressions. Qu’ils inquiètent (séparatisme), amusent (folklore)
ou convainquent (progressisme), nous faisons l’hypothèse que l’importance contemporaine de ces
mouvements, souvent regroupés sous le terme de postcoloniaux, mérite d’être évaluée afin de
comprendre les mécanismes actuels d’appropriation du passé et de son patrimoine, ainsi que la puissance
du rôle qu’ils jouent dans nos sociétés.

9h00-9h30 : Présentation – Bas de l’escalier, gare Saint-Charles

Présentation du site et making of de la performance Les sculptures n’étaient pas blanches

Mohammed Laouli, artiste

11h-20h : Tables rondes – Institut culturel italien

11h-13h : « Décoloniser l’espace » :

Michele Baussant, CEFRES Prague, CNRS

Daniel Monterescu, Central European University, Budapest, IMERA Marseille

Monika Salzbrunn, Université de Lausanne, projet ERC-Artivism

Marine Schütz, projet ECHOES

(Modération : Pierre Sintès, TELEMMe CNRS-AMU)

13h-15h : pause (reprise de la diffusion de Sight Unseen d’Alessandra Ferrini)

15h-17h : « Décoloniser le (la mémoire du) sport »

Anna Guillo, LESA, AMU

Pascal Blanchard, Groupe de recherche Achac

Yvan Gastaut, UNSA-URMIS

Sylvère-Henry Cissé, Association Sport et Démocratie

Omar Keddadouche, ASC Vivaux-Sauvagere

(Modération : Stéphane Mourlane, TELEMMe CNRS-AMU)

17h-18h : pause (diffusion de Les sculptures n’étaient pas blanches de Mohammed Laouli)

18h-20h : « Mémoires post-coloniales et minoritaires dans l’espace public »

Samia Chabani, Association Ancrages

Fabrice Denise, Musée d’histoire de Marseille

Karima Dirèche, TELEMMe AMU-CNRS

Vincent Geisser, IREMAM AMU-CNRS

(Modération : Camille Faucourt, Mucem)

Organisation :

Pierre Sintès (pierre.sintes@univ-amu.fr) & Marine Schütz (schutzmarine@gmail.com)

                       Réservation obligatoire (30 places disponibles par panel) : iicmarsiglia@esteri.it

ETRANGERS SANS RÉMISSION ET EXILÉS DES MONDES COLONIAUX

12 NOVEMBRE 2020 9H00 – 12H30

La 3ème session du Séminaire historique franco-tchèque organisé par l’Institut d’histoire tchèque de la Faculté des lettres (Université Charles de Prague), en collaboration avec le CEFRES sera animée par :

Michèle Baussant (CNRS / CEFRES)
Sujet : Étrangers sans rémission et exilés des mondes coloniaux : une approche comparative (Algérie-Égypte)

Lieu : Faculté des lettres de l’Université Charles, nám. J. Palacha 2, Prague 1, salle 201
Date : le jeudi 12 novembre, 9h10-12h30
Langue : français

Cette session sera présentée dans le cadre du séminaire historique franco-tchèque organisé par Jaroslav Svátek et Martin Nejedlý. Voir plus d’informations sur le site de la Faculté des lettres.

Enjeux contemporains. Penser les crises

Un séminaire de l’Institut des études internationales de la Faculté des sciences sociales, Université Charles de Prague et du CEFRES

Organisateurs Maria Kokkinou (post-doctorante CEFRES / Université Charles), Jérôme Heurtaux (CEFRES)
Où : En ligne, sur inscription. Contactez les organisateurs maria.kokkinou(@)cefres.cz
Quand : Premier semestre 2020-2021 : le mercredi de 12h30 à 13h50
Langue : français

Présentation du séminaire :

La crise a le vent en poupe : l’apparition et la diffusion extensive de la Covid-19 en 2020 a redonné à cette notion une actualité globale, qu’elle n’avait plus eu depuis la crise financière de 2009. En dehors de ces moments spectaculaires d’effervescence à l’échelle de la planète, on ne compte plus les événements ou les phénomènes qui sont qualifiés de crise.

Concept-valise de la modernité, la « crise » (pré)occupe nos sociétés dans toutes ses dimensions. Les usages polysémiques du terme et sa très forte actualité nous incitent à revenir sur ce concept, ses significations et ses usages. C’est à cette tâche qu’est consacré ce cours-séminaire, qui verra l’intervention de chercheurs de diverses disciplines, sociologie politique, histoire, histoire de l’art, anthropologie, philosophie, etc.

Quelles réalités sont-elles qualifiées de « crises » et en quoi sont-elles critiques ? Qu’est-ce qu’une crise et comment expliquer sa survenue ? Comment une crise se déroule-t-elle, quels en sont les effets et la postérité ? Pourquoi les crises suscitent-elles des conflits d’interprétation sur leur signification ? La notion de crise est-elle un opérateur central de notre modernité et une clé de compréhension des enjeux qui traversent les sociétés contemporaines ?

Programme :

Mercredi 30 septembre, 12h30-13h50
Introduction au séminaire
Maria Kokkinou, CEFRES
Jérôme Heurtaux, Université Paris-Dauphine / CEFRES

Mercredi 7 octobre, 12h30-13h50
Révolutions, crises politiques et changements de régime
Jérôme Heurtaux, Paris-Dauphine Université / CEFRES

Mercredi 14 octobre, 12h30-13h50
Crise économique et mutations politiques dans la Grèce des années 2010
Dimitrios Kosmopoulos, Université Paris-Dauphine

Mercredi 21 octobre, 12h30-13h50
Le populisme au pouvoir et la crise de la démocratie au Brésil
Felipe Fernandes, EHESS / CEFRES

Mercredi 4 novembre, 12h30-13h50
1958, 1968, 2002 : crises politiques en France
Jérôme Heurtaux, Université Paris-Dauphine / CEFRES

Mercredi 11 novembre, 12h30-13h50
Représenter le vivant : effondrement des écosystèmes et reconfiguration des savoirs
Chiara Mengozzi, Faculté des lettres, Université Charles / CEFRES
Julien Wacquez, CEFRES

Mercredi 18 novembre, 12h30-13h50
Dénoncer la crise économique par la photographie
Fedora Parkmann, Institut d’histoire de l’art, Académie tchèque des sciences / CEFRES

Mercredi 25 novembre, 12h30-13h50
Penser la crise en histoire : le cas de l’inflation
Mátyás Erdélyi, CEFRES / Université Charles

Mercredi 2 décembre, 12h30-13h50
”Here is a place that has left its place” : mémoires des vaincus, traces des crises et des guerres décoloniales
Michèle Baussant, CNRS / CEFRES

Mercredi 9 décembre, 12h30-13h50
Crise de la lecture ou révolution médiatique ?
Claire Madl, CEFRES

Mercredi 16 décembre, 12h30-13h50
Les « crises migratoires » à l’épreuve de l’histoire et de l’anthropologie
Maria Kokkinou, CEFRES / Faculté des sciences sociales, Université Charles
Florence Vychytil, EHESS / CEFRES

Mercredi 6 janvier, 12h30 – 13h50
Présentation des travaux par les étudiants