Israel: a diaspora of memories?

By M.BAUSSANT, D.MICCOLI AND E.SCHELY-NEWMAN

Since the late nineteenth century and the emergence of the Zionist idea, the Land of Israel – after 1948, the State of Israel – has been presented as a shelter where Jews would build a state of their own and put aside their past life and experience in the diaspora. The return of the Jews to the Land of Israel would bring about the emergence of a new “Hebrew” man and woman, of a unified and rejuvenated people, speaking a common language and sharing one ethno-national identity. In fact, Zionism viewed the diaspora (think of the idea of shlilat ha-galut) as a set of negative parentheses in Jewish history, something to be forgotten and substituted with other (national) memories. So the ideology and policies built on that basis before and especially after the founding of the State of Israel intended to erase the diasporic origin of the (Israeli) Jew and support this Jew’s feeling of having grown up in a void and of originating as a tabula rasa of sorts in Israel. Socialist Zionism and an originally European (Ashkenazi) identity became the hegemonic models to which Jewish migrants would need to conform. However, despite efforts to gather all the Jews from the diaspora in Israel and fuse them as part of the so-called mizug galuyiot (“ingathering of exiles”), since its beginnings and especially in the last few decades the country has paradoxically experienced the emergence of new, Israeli, diasporas.

Israel: A Diaspora of Memories

WORKSHOP : « Connectivités djerbiennes. Globalisations méditerranéennes des Juifs de Djerba » (26 novembre 2020)

Jeudi 26 novembre 2020 –Le projet vise à entamer une enquête exploratoire et pluridisciplinaire sur les Juifs de Djerba en Méditerranée (Djerba, Marseille, Israël). Il s’appuie sur et rend hommage au travail de Lucette Valensi, et à son étude monographique (avec Abraham Udovitch, 1984) des « Last Arab Jews » au début des années 1980. Plus de trois décennies plus tard, la vitalité de cette communauté ne se dément pas, tant à Djerba, qu’en diaspora. Le cas des Juifs de Djerba à Marseille nous servira de pierre de touche pour interroger et démontrer leurs capabilités à s’insérer dans les réseaux de la phase actuelle de globalisation, au sein de circulations sud-sud. Au-delà de ce cas d’étude, l’idée est de comprendre comment ce groupe social, de par son histoire, représente un exemple paradigmatique de connectivités : où comment des marges apparentes parviennent à devenir des centres/polarités, cela en vertu de leurs compétences/répertoires d’actions accumulés au fil des différentes phases de globalisations.

http://www.crfj.org/connectivites-djerbiennes-globalisations-mediterraneennes-des-juifs-de-djerba-2/#iLightbox[gallery14260]/0

The Jewish Diaspora after 1945: A Study of Jewish Communities in the Middle East and North Africa

For Jews across the Middle East and North Africa, the 1948 establishment of the State of Israel was a transformational period—in both the build-up to it and its aftermath. Using this momentous event as its focal point, this book takes the reader on a journey to remote destinations in the 20th century Jewish experience, examining aspects of Jewish history that have hardly ever been discussed in one place and in such an intriguing combination. Jews have played an integral role in the Arab world, Turkey, Iran, and North Africa for millennia. Their lives were intertwined with those of the majority non-Jewish communities among whom they dwelt: their mass expulsion and emigration after World War II ended the existence of a vital part of nearly all the societies in the region.

https://books.google.cz/books/about/The_Jewish_Diaspora_after_1945.html?id=rjAKEAAAQBAJ&redir_esc=y

Les jeudis cartographiques : l’atelier de cartographie expérimentale et critique

Labex Pasts in the Present


Le présent atelier est conçu avec Jean Cristofol, philosophe, et Bénédicte Bucher, directrice de recherche à l’IGN, tous deux membres du conseil scientifique du Labex. L’atelier de cartographie expérimentale et critique a pour objectif de contribuer à ouvrir un espace d’échange et de réflexion sur les formes et les enjeux des démarches cartographiques dans les contextes de la recherche en sciences et en arts. Ces démarches sont déjà nombreuses – et diverses – parmi les chercheurs du Labex. Cette richesse doit être un apport pour l’atelier qui espère aussi l’alimenter par d’autres éclairages, d’autres points de vue, d’autres aventures, certaines scientifiques, certaines artistiques. L’un des partis-pris sera d’interroger la cartographie moins par ses résultats (les cartes considérées comme des représentations) que par les dispositifs et les démarches qu’elle met en œuvre ou qu’elle nourrit, avec toute la complexité des stratégies de recherche, de création ou d’intervention qui s’y trouvent mobilisées. Il s’agira de proposer la cartographie comme une démarche exploratoire, à la fois épistémique et plastique, technologique et inventive, politique et poétique. Après une première séance d’introduction, d’échanges et de propositions, l’atelier se déroulera ensuite dans un format d’une journée par mois. Chacune d’elles sera conduite avec un.e ou plusieurs invité.e.s et consistera en une séance d’expérimentation à partir des matériaux des équipes de recherche du Labex.

Jeudi 26 novembre 2020, campus de l’Université Paris Nanterre, de 14h00 à 17h00

Séance introductive
Invités : Jean Cristofol, Anna Guilló (artiste, professeure à l’Université d’Aix Marseille, membre du collectif de l’antiAtlas), Thierry Fournier, artiste plasticien, commissaire d’exposition, enseignant à Sciences Po Paris. Cette première séance a pour objectif de présenter l’atelier,
d’en débattre les enjeux et les perspectives. Chaque participant.e est invité.e à apporter ses matériaux, questions, propositions pour construire les ateliers suivants.


Dates des séances suivantes :
Jeudi 17 décembre 2020
Jeudi 14 janvier 2021
Jeudi 11 février 2021
Jeudi 18 mars 2021
Jeudi 15 avril 2021
Jeudi 20 mai 2021
Jeudi 17 juin 2021
Pour toute question, suggestion,

Pour toute question, suggestion, manifestation d’intérêt, merci d’écrire à l’adresse suivante : jeudis.carto@passes-present.eu