Webinaire Rue d’Alger

https://www.facebook.com/events/113975550438885/?source=6&ref_notif_type=plan_user_invited&action_history=null

Rejoignez-nous sur Zoom:https://univ-amu-fr.zoom.us/j/96183436174…
Programme:
13h00 : Introduction du webinaire

Alessandro Gallicchio (ESBAN) et Pierre Sintès (TELEMMe CNRS-AMU)

13h30-15h30 : Webinaire Rue d’Alger#1Autour des patrimoines postcoloniaux et minoritaires

En Méditerranée comme ailleurs, les sociétés portent les traces des matrices politiques et identitaires qui ont régi leur passé. Discrets ou flagrants, ces témoignages s’imposent dans les paysages comme dans les relations sociales, au point de sembler être un état des choses non questionnable. Pourtant, depuis plusieurs décennies déjà, de nombreux acteurs (militants, artistes, auteurs) cherchent à démontrer que les rapports inégaux du présent doivent être éclairés à la lumière de l’histoire afin que soient construites des lectures plus apaisées du passé ainsi que des sociétés plus soucieuses de la place de chacun. En ce début de XXIesiècle, les exemples se répondent aux quatre coins du monde pour que soient reconnues les souffrances comme les inégalités du présent. Ce mouvement, qui associe justice mémorielle et activisme politique, est au cœur des œuvres des artistes exposé.e.s dans Rue d’Alger ainsi que des contributions des invité.e.s de cette première séance de séminaire. Leur présence donnera l’occasion de débattre de ces nouveaux défis pour des États-nations dont la construction s’est souvent faite au mépris des particularités et dans le dénie de certaines oppressions. Qu’ils inquiètent (séparatiste), amusent (folklore) ou convainquent (progressisme), nous faisons l’hypothèse que l’importance contemporaine de ces mouvements, souvent regroupés sous le terme de postcoloniaux, mérite d’être évaluée afin de comprendre les mécanismes actuels d’appropriation du passé et de son patrimoine, ainsi que la puissance du rôle qu’ils jouent dans notre présent.
Participants:Samia Chabani, Association Ancrages, Marseille, Fabrice Denise, Musée d’histoire de Marseille, Vincent Geisser, IREMAM, CNRS-AMU, Emma Grosbois et Agathe Rosa, artistes, Marseille(Modération : Camille Faucourt, Mucem)

Photo de couverture: ©JeanchristopheLETTSee Less

Israel: a diaspora of memories?

By M.BAUSSANT, D.MICCOLI AND E.SCHELY-NEWMAN

Since the late nineteenth century and the emergence of the Zionist idea, the Land of Israel – after 1948, the State of Israel – has been presented as a shelter where Jews would build a state of their own and put aside their past life and experience in the diaspora. The return of the Jews to the Land of Israel would bring about the emergence of a new “Hebrew” man and woman, of a unified and rejuvenated people, speaking a common language and sharing one ethno-national identity. In fact, Zionism viewed the diaspora (think of the idea of shlilat ha-galut) as a set of negative parentheses in Jewish history, something to be forgotten and substituted with other (national) memories. So the ideology and policies built on that basis before and especially after the founding of the State of Israel intended to erase the diasporic origin of the (Israeli) Jew and support this Jew’s feeling of having grown up in a void and of originating as a tabula rasa of sorts in Israel. Socialist Zionism and an originally European (Ashkenazi) identity became the hegemonic models to which Jewish migrants would need to conform. However, despite efforts to gather all the Jews from the diaspora in Israel and fuse them as part of the so-called mizug galuyiot (“ingathering of exiles”), since its beginnings and especially in the last few decades the country has paradoxically experienced the emergence of new, Israeli, diasporas.

Israel: A Diaspora of Memories

WORKSHOP : « Connectivités djerbiennes. Globalisations méditerranéennes des Juifs de Djerba » (26 novembre 2020)

Jeudi 26 novembre 2020 –Le projet vise à entamer une enquête exploratoire et pluridisciplinaire sur les Juifs de Djerba en Méditerranée (Djerba, Marseille, Israël). Il s’appuie sur et rend hommage au travail de Lucette Valensi, et à son étude monographique (avec Abraham Udovitch, 1984) des « Last Arab Jews » au début des années 1980. Plus de trois décennies plus tard, la vitalité de cette communauté ne se dément pas, tant à Djerba, qu’en diaspora. Le cas des Juifs de Djerba à Marseille nous servira de pierre de touche pour interroger et démontrer leurs capabilités à s’insérer dans les réseaux de la phase actuelle de globalisation, au sein de circulations sud-sud. Au-delà de ce cas d’étude, l’idée est de comprendre comment ce groupe social, de par son histoire, représente un exemple paradigmatique de connectivités : où comment des marges apparentes parviennent à devenir des centres/polarités, cela en vertu de leurs compétences/répertoires d’actions accumulés au fil des différentes phases de globalisations.

WORKSHOP : « Connectivités djerbiennes. Globalisations méditerranéennes des Juifs de Djerba » (26 novembre 2020)

The Jewish Diaspora after 1945: A Study of Jewish Communities in the Middle East and North Africa

For Jews across the Middle East and North Africa, the 1948 establishment of the State of Israel was a transformational period—in both the build-up to it and its aftermath. Using this momentous event as its focal point, this book takes the reader on a journey to remote destinations in the 20th century Jewish experience, examining aspects of Jewish history that have hardly ever been discussed in one place and in such an intriguing combination. Jews have played an integral role in the Arab world, Turkey, Iran, and North Africa for millennia. Their lives were intertwined with those of the majority non-Jewish communities among whom they dwelt: their mass expulsion and emigration after World War II ended the existence of a vital part of nearly all the societies in the region.

https://books.google.cz/books/about/The_Jewish_Diaspora_after_1945.html?id=rjAKEAAAQBAJ&redir_esc=y

Les jeudis cartographiques : l’atelier de cartographie expérimentale et critique

Labex Pasts in the Present


Le présent atelier est conçu avec Jean Cristofol, philosophe, et Bénédicte Bucher, directrice de recherche à l’IGN, tous deux membres du conseil scientifique du Labex. L’atelier de cartographie expérimentale et critique a pour objectif de contribuer à ouvrir un espace d’échange et de réflexion sur les formes et les enjeux des démarches cartographiques dans les contextes de la recherche en sciences et en arts. Ces démarches sont déjà nombreuses – et diverses – parmi les chercheurs du Labex. Cette richesse doit être un apport pour l’atelier qui espère aussi l’alimenter par d’autres éclairages, d’autres points de vue, d’autres aventures, certaines scientifiques, certaines artistiques. L’un des partis-pris sera d’interroger la cartographie moins par ses résultats (les cartes considérées comme des représentations) que par les dispositifs et les démarches qu’elle met en œuvre ou qu’elle nourrit, avec toute la complexité des stratégies de recherche, de création ou d’intervention qui s’y trouvent mobilisées. Il s’agira de proposer la cartographie comme une démarche exploratoire, à la fois épistémique et plastique, technologique et inventive, politique et poétique. Après une première séance d’introduction, d’échanges et de propositions, l’atelier se déroulera ensuite dans un format d’une journée par mois. Chacune d’elles sera conduite avec un.e ou plusieurs invité.e.s et consistera en une séance d’expérimentation à partir des matériaux des équipes de recherche du Labex.

Jeudi 26 novembre 2020, campus de l’Université Paris Nanterre, de 14h00 à 17h00

Séance introductive
Invités : Jean Cristofol, Anna Guilló (artiste, professeure à l’Université d’Aix Marseille, membre du collectif de l’antiAtlas), Thierry Fournier, artiste plasticien, commissaire d’exposition, enseignant à Sciences Po Paris. Cette première séance a pour objectif de présenter l’atelier,
d’en débattre les enjeux et les perspectives. Chaque participant.e est invité.e à apporter ses matériaux, questions, propositions pour construire les ateliers suivants.


Dates des séances suivantes :
Jeudi 17 décembre 2020
Jeudi 14 janvier 2021
Jeudi 11 février 2021
Jeudi 18 mars 2021
Jeudi 15 avril 2021
Jeudi 20 mai 2021
Jeudi 17 juin 2021
Pour toute question, suggestion,

Pour toute question, suggestion, manifestation d’intérêt, merci d’écrire à l’adresse suivante : jeudis.carto@passes-present.eu

L’expulsion des Allemands de Tchécoslovaquie. Jusqu’au 16/12/2020 sur Arte

A voir sur Arte, en deux épisodes…

Retour sur un chapitre douloureux de l’histoire germano-tchèque, qui fait aujourd’hui l’objet d’un travail de mémoire et de réconciliation. Dans ce volet : pendant des siècles, les Allemands de la région des Sudètes ont cohabité pacifiquement avec leurs voisins tchèques, jusqu’à l’entre-deux-guerres et la création de la Tchécoslovaquie.

Mais les atrocités commises par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale conduiront, en réaction, à l’expulsion par les Tchécoslovaques de l’essentiel de cette minorité germanophone, qui vivait là depuis le Moyen Âge. Certains lieux abandonnés, à l’image de Königsmühle dans les monts Métallifères, portent les stigmates de cette histoire douloureuse : ses 53 habitants ont tous été chassés. Rosemarie Ernst raconte avec émotion cette odyssée de plusieurs mois en direction de l’Allemagne. Désormais, les jeunesses tchèque et allemande se sont rapprochées pour préserver Königsmühle et en faire un lieu de célébration commun.

  • Réalisation :
    • Matthias Schmidt
    • Vit Poláček
  • Pays :
    • Allemagne
  • Année :
    • 2020

https://www.arte.tv/fr/videos/097503-001-A/l-expulsion-des-allemands-de-tchecoslovaquie-1-2/

Pasts without history and displaced histories of people without traces, PHC Proteus Program: Michèle Baussant and Katja Hrobat-Virloget

A project jointly thought by French and Slovenian researchers and led by Michèle Baussant and Katja Hrobat-Virloget… the result of years of joint research and a new journey for us!

With Michèle Baussant, Irène Dos Santos, Felipe Kaiser Fernandes, Maria Kokkinou, Johana Wyss, Katja Horbat Virloget , Neža Cebron Lipovec , Aleksej Kalc and Petra Kavrecic

Séminaire Mémoires et patrimonialisations des migrations

  • Michèle Baussantdirectrice de recherche au CNRSCEFRES, Fellow ICM
  • Marina Chauliacanthropologue au ministère de la Culture (DRAC Auvergne-Rhône-Alpes), chercheure au IIAC-LACI, Fellow ICM
  • Irène Dos Santos,chargée de recherche au CNRS, URMIS, chercheure associée au IIAC/LACI et Centro em Rede de Investigaçao em Antropologia (Lisbonne), Fellow ICM
  • Catherine Perronchargée de recherche, CERI – Sciences Po
  • Évelyne Ribertchargée de recherche au CNRS, IIAC-LACI, Fellow ICM

3e jeudi du mois de 13 h à 17 h 

Depuis 2010, le séminaire « Mémoires et patrimonialisations des migrations » développe une réflexion sur les articulations entre mémoires singulières des migrations, mémoires collectives et patrimonialisations. Nous poursuivrons cette année la réflexion initiée l’année dernière sur le concept de patrimoine négatif, c’est-à-dire la patrimonialisation d’expériences considérées comme traumatiques et des faces sombres de l’histoire, à partir d’exemples tirés des migrations et des déplacements de population. Nous examinerons la pertinence de ce qualificatif qui charge le patrimoine de valeurs spécifiques – « négatives » versus « positives »-, engagent différentes rhétoriques de la reconnaissance et des formes de patrimonialisation particulières. L’attention sera portée notamment sur le rôle des images dans ces constructions patrimoniales, qu’il s’agisse des fonds constitués par les acteurs patrimoniaux ou des images produites par les migrants eux-mêmes. 

Programme

Jeudi 19 novembre 2020 : (13h45-16h)

·      Introduction générale   

Jeudi 17 décembre 2020 : 

·      Clara Lecadet (IIAC) : « Dans les archives du HCR : sources et points aveugles pour une histoire des camps de réfugiés »

Jeudi 21 janvier 2021 

·      Olivier Chavanon (LLSETI) : « Retour sur les processus mémoriels des lieux de l’immigration » 

Jeudi 18 février 2021 : (13 h à 17h)

 – Alexandra Galitzine-Loumpet  (CESSMA-INALCO) « Les traces des campements d’exilés font-ils patrimoine ? »

 –  Présentation de travaux d étudiants  

Jeudi 18 mars 2021 : (13 h à 17h)

Sónia Ferreira (Faculté de Sciences Sociales, Universidade Nova de Lisbonne, CRIA, URMIS), Hugo Dos Santos (association Mémoire Vive) et Irène Dos Santos (URMIS ) : « Quelles mémoires de l’exil politique des Portugais en Europe (années 1960-70) ? Réflexion autour d’une recherche participative » 

15 avril 2021 13h-17h

Luba Jurgenson (« Eur’ORBEM » (Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane), Sorbonne Université/CNRS) : « Le patrimoine du Goulag » 

–  Présentation travaux étudiants

20 mai 2021 :  13h-17h

Maria Kokkinou (CEFRES) : « Exils grecs, héritages communistes et patrimoines de l’attente en République tchèque et en Europe centrale » 

Olivier Givre (Université Lumière Lyon 2 – EVS UMR 5600) : Ethnicités mobiles et mémoires (trans)frontalières dans les Balkans orientaux. Deux études de cas entre Bulgarie, Grèce et Turquie.

Miladina Monova (Académie bulgare des sciences. Institut de philosophie et sociologie. Groupe:  » Société des connaissances. Science, éducation et innovation ») : Mémoires traumatiques et patrimonialisation impossible: le cas des Macédoniens égéens, réfugiés de la Guerre civile grecque en Macédoine du Nord.

Jeudi 17 juin 2021 : (13 h à 17 h)

•     Conclusion générale

Renseignements :

Évelyne Ribert, IIAC-LACI, ribert@ehess.fr

https://enseignements.ehess.fr/2020-2021/ue/334

Maria Kokkinou

Maria Kokkinou has recently completed a PhD in Social Anthropology and Ethnology in the IIAC (Institut Interdisciplinaire de l’Anthropologie du Contemporain) research lab at the EHESS school in Paris. At CEFRES she is a postdoctoral researcher within the TANDEM project entitled “The Europe of Resentment and Rubble: a Confederation of the Vanquished?”.

My PhD thesis focused on the political refugees of the Greek civil war (1946-1949) who fled to Bulgaria. This work aimed, among other objectives, to shed light on the lives of various categories and generations of refugees (including those born in exile), spanning a time period which includes the Cold War and continues long after it ended. The research was based on a multi-sited ethnography in Greece and Bulgaria, and on two types of sources: the archives of the Democratic Organisation for Culture and Education, the DOME, founded in 1962 by the Greek Communist Party officials present in Sofia, and in-depth interviews (life stories) conducted over three generations; refugees, their children and their grandchildren.

However, civil war refugees is not the only displaced population group in modern Greek and Turkish history. In 1923, following the signing of the Lausanne Treaty which dictated a population exchange between Greece and Turkey, the majority of Orthodox, GreekspeakingTurkish citizens (about 1,2 million people) were forcibly displaced to Greece, a group known in Greek historiography as the ‘Asia Minor refugees’. Conversely, Muslim Greek citizens (about 500,000) were displaced to Turkey. Both the Orthodox and the Muslim populations which were exchanged had already been inhabiting the Ottoman Empire and remained on its fragmented lands even after its dissolution which led to the creation of nationstates.

Even though the Lausanne Treaty deprived the majority of these populations of their place of origin, it eradicated neither the Orthodox element in Turkey nor the Muslim element in Greece, where the descendants of these displaced groups still reside as religious minorities. How did the subjects in both countries experience their forced displacement? With what memories do they associate their place of origin? What emerges when the subjects recall the period of their co-existence? Is it memory, or is it oblivion? How does forced displacement transform memory? How do these ‘minorities’ experience their present coexistence?

Using ethnographic data from in situ observation at the places of both origin and residence of the two minorities, combined with archival material, this research will attempt totrace the role of memory through the experience of displaced populations in two ethnographic areas, Greece and Turkey, where the descendants of these populations still live. The aim is to highlight the place of memory and oblivion in situations of forced movement, by establishing a comparative approach across other examples of forced displacements inscribed in different times and places. For this reason, throughout this post-doctoral research and at various stages of its development, group ateliers with the participation of researchers from both institutions will be pursued, while the completion of the research, along with its publication through articles and edited books, will be presented at a conference.

Maria Kokkinou vient de terminer un doctorat en anthropologie sociale et ethnologie dans le laboratoire de recherche de l’IIAC (Institut Interdisciplinaire de l’Anthropologie du Contemporain) à l’EHESS à Paris. Au CEFRES, elle est chercheuse post-doctorante dans le cadre du projet TANDEM intitulé « L’Europe des ressentiments et des décombres : une confédération de vaincus ? »

Sa thèse de doctorat portait sur les réfugiés politiques de la guerre civile grecque (1946-1949) qui ont fui en Bulgarie. Ce travail visait, entre autres, à faire la lumière sur la vie de diverses catégories et générations de réfugiés (y compris ceux nés en exil), pour une période couvrant la guerre froide et les années 1990 et 2000. La recherche s’est appuyée sur une enquête ethnographique multi-sites menée en Grèce et en Bulgarie, et sur deux types de sources : les archives de l’Organisation démocratique pour la culture et l’éducation, la DOME, fondée en 1962 par les responsables du Parti communiste grec présents à Sofia, et des entretiens approfondis (récits de vie) menés sur trois générations : les réfugiés, leurs enfants et leurs petits-enfants.

Cependant, les réfugiés de la guerre civile ne sont pas le seul groupe de population déplacé dans l’histoire moderne de la Grèce et de la Turquie.  En 1923, à la suite de la signature du Traité de Lausanne qui a initié un échange de population entre la Grèce et la Turquie. La majorité des citoyens orthodoxes turcophones (environ 1,2 million de personnes) ont été déplacés de force vers la Grèce, groupe connu dans l’historiographie grecque sous le nom de « réfugiés d’Asie Mineure ». Inversement, les citoyens grecs musulmans (environ 500 000 personnes) ont été déplacés vers la Turquie. Les populations orthodoxes et musulmanes qui ont été échangées avaient déjà habité l’Empire ottoman et étaient restées sur ses terres fragmentées, même après sa dissolution et la création d’États-nations.

Même si le Traité de Lausanne a privé la majorité de ces populations de leur lieu d’origine, il n’a éradiqué ni l’élément orthodoxe en Turquie ni l’élément musulman en Grèce, où les descendants de ces groupes déplacés résident encore en tant que minorités religieuses. Comment les individus déplacés de ces deux pays ont-ils vécu leur déplacement forcé ? A quels souvenirs associent-ils leur lieu d’origine ? Qu’est-ce qui ressort lorsque les acteurs se souviennent de la période de leur coexistence ? S’agit-il de mémoire ou d’oubli ? Comment le déplacement forcé transforme-t-il la mémoire ? Comment ces « minorités » vivent-elles leur coexistence actuelle ?

En utilisant des données ethnographiques provenant d’observations in situ sur les lieux d’origine et de résidence des deux minorités, combinées à des documents d’archives, cette recherche tentera de cerner le rôle de la mémoire à travers l’expérience de populations déplacées dans deux zones , la Grèce et la Turquie, où les descendants de ces populations vivent encore.  L’objectif est de mettre en évidence la place de la mémoire et de l’oubli dans les situations de déplacement forcé, en établissant une approche comparative avec d’autres exemples de déplacements forcés inscrits dans des temps et des lieux différents. C’est pourquoi, tout au long de cette recherche post-doctorale et à différentes étapes de son développement, des ateliers de groupe avec la participation de chercheurs des deux institutions seront menés, tandis que l’achèvement de la recherche, ainsi que sa publication sous forme d’articles et d’ouvrages édités, seront présentés lors d’une conférence.

Michèle Baussant

Michèle Baussant est anthropologue, directrice de recherches au CNRS, après des études à l’Université Paris Nanterre, puis un post doctorat au Canada, entre 2003 et 2005, à l’Université Laval (Québec). Ayant une formation universitaire en histoire et en anthropologie, son parcours croise, depuis ses débuts, une perspective anthropologique articulée à d’autres approches disciplinaires (histoire, sociologie politique, géographie, digital humanities…) et une vision comparative et connectée de ses différents terrains qui lui permettent de penser sa thématique principale de recherche : le rôle de la mémoire comme ressource pour d’un côté créer des solidarités fondées sur un passé vécu et/ou transmis, et de l’autre, produire des mécanismes de rejet, d’exclusion et de désaffiliation. Ce parcours se caractérise ainsi par la continuité de ses terrains d’enquête, de l’Algérie dans ses liens avec la France, à l’Égypte et au Liban et enfin aux espaces israélo-palestiniens.

Ses recherches s’inscrivent dans le champ des études mémorielles, à partir de l’approche anthropologique qui a, dès ses fondements, envisagé la mémoire, en tant que pratique, discours, processus et contenu, comme une partie intégrante de la discipline. Depuis 1993 jusqu’à aujourd’hui, son travail envisage cette problématique sous un angle spécifique, celui des déplacements multiples des populations constituées pour tout ou partie de migrants venus dans des pays d’islam lors de la formation des empires coloniaux européens des 19ème et 20èmes siècles puis dispersées, après les indépendances, hors de ces pays. Cette focale lui a permis ensuite de conduire, en y adjoignant d’autres terrains, une réflexion plus large sur la figure du tiers-exclu et des perdants de l’histoire qu’elle développe dans le cadre du programme TANDEM mené avec Johana Wyss. Il questionne les legs impériaux de l’ancienne Europe, en incluant dans une perspective connectée les différentes formes d’empires – intra-européens et extra-européens – qui ont façonné les imaginaires et les espaces actuels de la « nouvelle Europe ».
Ce projet s’inscrit dans le fil des projets qu’elle a coordonné ou qu’elle coordonne, dont l’ANR MRSEI Silenced pasts: memories and representations of the past in migratory and collapsed societies, le programme Disrupted histories, recovered pasts/Histoires perturbées, passés recouvrés, financé conjointement par l’AHRC (GB), Labex Passés dans le présent /Pasts in the present (France) (PI : Sian Sullivan Bath University et Michèle Baussant, CNRS).

Projet Tandem : Une Europe décolonale? Temps et territoires des vaincus

Michèle Baussant is an anthropologist, research director at CNRS. She graduated in history and anthropology at Paris-Nanterre University and held a postdoctoral position at Laval University (Quebec) between 2003 and 2005. Her research, since its beginnings, has crossed an anthropological perspective with other disciplinary approaches (history, political sociology, geography, digital humanities) and a comparative and connected vision of her different fields allowing her to grasp her main research topic: the role of memory as a resource for, on the one hand, creating solidarities based on a lived and/or transmitted past, and, on the other hand, producing mechanisms of rejection, exclusion and disaffiliation. This path is, therefore, characterised by the continuity of her fields of investigation, from Algeria in its links with France, to Egypt and Lebanon, and finally to the Israeli-Palestinian spaces.

Her researches belong to the field of memory studies, based on the anthropological approach which has, since its very foundations, considered memory, as a practice, a discourse, a process and a content, as an integral part of the discipline. From 1993 to the present, her work considers this issue from a specific angle, that of the multiple displacements of populations made up, in whole or in part, of migrants who came to Islamic countries during the formation of the European colonial empires in the 19th and 20th centuries and then dispersed, after their independence, outside these countries. By adding other fields, this perspective then enabled her to initiate a larger reflection on the figure of the excluded third and the losers of history that she is carrying out within the framework of the Tandem programme conducted with Johana Wyss. It questions the imperial legacies of old Europe, including the different forms of empires in a connected perspective – intra and extra-European – that have shaped the imaginations and current spaces of the “new Europe”.

This project is in line with the projects she has coordinated or is coordinating, including the ANR MRSEI “Silenced pasts: memories and representations of the past in migratory and collapsed societies”, the programme “Disrupted histories, recovered pasts/Histoires perturbées, passés recouvrés”, jointly funded by the AHRC (UK), Labex Passés dans le présent /Pasts in the present (France) (PI: Sian Sullivan Bath University and Michèle Baussant, CNRS).

Tandem Project : A decolonial Europe? Periods and places for defeated peoples