Archives de catégorie : When

The « When » section feeds conferences, seminars, blog events…

Date: 9th – 11th of June 2021
Venue: Villa Lanna, Prague and online, you will find the links below.
Language: English

Please find the full argument of the Conference and the list of the participants here. 

Programme

Wednesday 9th of June 2021

Link to join the webinar: https://us02web.zoom.us/j/81357979512
ID: 813 5797 9512

17:00 – 17:20: Welcome remarks by CAS representatives and CEFRES representatives

17:20 – 18:30: Keynote: Legacies of Forced Displacements and the Burden of Implication in the 21st Century by Johana Wyss, CAS / CEFRES

18:30 – 20:00: Evening reception 

Thursday 10th of June 2021 – First day of the Workshop

Link to join the webinar: https://us02web.zoom.us/j/86043186862
ID: 860 4318 6862

8:30 – 9:00: Registration

9:00 – 9:10: Welcome by the organizers & housekeeping

9:10 – 9:20: Introduction by Michèle Baussant

9:20 – 10:50: Panel 1, Dissonant Heritages: Victims, Bystanders and Unrecognized Heroes

Talking about Jews in Poland: An interactional, ethnographic perspective,Thomas Van de Putte, University of Trento

Salonica – Thessaloniki: Holocaust survivors & memories of absenceKateřina Králová, Charles University

Unrecognized Heroes and Conflicting Historical HeritageMichal Pavlásek, Czech Academy of Sciences

Chair, Evelyne Ribert, IIAC, CNRS, EHESS, ICM fellow

10:50 – 11:20: Break (30 minutes)

11:20 – 12:30: Panel 2, Politics of National Identity and Vivid Memories

Newcomers in Czech Western Silesia 1945-1960: Between « old » and « new » identityOndřej Kolář, the Silesian Museum in Opava

Contested heritage of Istria. Between conflict nationalisation processes, identity foundations and bridgesKatja Hrobat Virloget, University of Primorska

Chair, Rose Smith, Charles University

12:30 – 13:40: Lunch Break (70 minutes)

13:40 – 15:10Panel 3, Unmaking Belonging, Making “Internal Strangers”

Namibian Czechs – their identity and search for homeKateřina Mildnerová, Palacký University Olomouc

Memories and relationship to otherness in contemporary Portuguese society: The case of displaced populations following the independence of African coloniesIrène Dos Santos, URMIS, CNRS, Université de Paris, ICM Fellow

“And then they all left.” Recollection of forced migration and negotiation of the past in three-generation families of Germans in the Czech Republic,Jana Nosková, Czech Academy of Sciences

Chair, Kateřina Čapková, Czech Academy of Sciences

 15:10 – 15:30: Break (20 minutes)

15:30 – 17:00Panel 4, Memoryscapes of Displacements

Landscape and the memory of loss and absence in Germany, Austria and Czech Republic, Paul Bauer, Charles University

Contested heritage and progressive nostalgia in the urban centres of northern Istria, Neža Čebron Lipovec, University of Primorska

Saving German heritage in Central Europe: discourse, praxis, challenges. Mapping patrimonialisation efforts around Podersam/ Podbořany, Catherine Perron, CERI-Sciences Po

Chair, Anežka Brožová, Charles University

18:30 – 21:00: Evening Reception

Friday 11th of June 2021: Second Day of the Workshop

Link to join the webinar: https://us02web.zoom.us/j/84440076725 ID: 844 4007 6725

9:00- 9:10: Opening of the second day

9:10 – 10:20Panel 5, Sites of Memory Without « milieux de mémoire »

Returning as a minority experience? A comparison between Albanians and Jews in Greece during the first decade of the 21th century, Pierre Sintès, Aix-Marseille University, CNRS, TELEMME, Aix-en-Provence, France

An absence that still matters:  Jews in Egypt and Egypt inside the Jews,Michèle Baussant, CEFRES, ISP, CNRS, ICM Fellow

Chair, Barbora Spalová, Charles University

10:20 – 10:40: Break (20 minutes)

10:40 – 11:50: Panel 6, Relating to the Past of Displacement: When “History” and Remembrance Begin with Artefacts

Displacement of the sources: The circulation of historical documents during the post-WWII decades, Máté Zombory, Hungarian Academy of Sciences

Greek exiles, communist legacies and heritages of waiting in the Czech Republic and Central Europe, Maria Kokkinou, CEFRES, Charles University

Chair, Filip Herza, Czech Academy of Sciences

11:50 – 12:20: Closing remarks Michèle BaussantMaria KokkinouJohana Wyss

12.30 – 13:30: Farewell lunch

GENERATE ICAL

 Et les Juifs bulgares furent sauvés… ». Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie

mercredi 12 mai 2021, de 15h à 17h

Webinaire Tandem
organisé par Michèle Baussant (CEFRES, CNRS)
avec la collaboration de Johana Wyss (CEFRES / Institut d’ethnologie AV ČR) et de Maria Kokkinou (CEFRES / FSV UK)

Presentation in English de l’ouvrage de Nadège Ragaru :  « Et les Juifs bulgares furent sauvés… ». Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie . Académique. Paris: Presses de Sciences Po, 2020

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé. Lire la suite

Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés.

Au terme d’une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé.

Autrice

Nadège Ragaru (Directrice de recherche, Sciences Po Paris, Ceri-Cnrs)

Discustants

Rika Benveniste (Professeur, University of Thessaly, Grèce)

Jan Grabowski (Professeur, University of Ottawa, Canada)

 »And so the Bulgarian Jews were saved… » Researching, Retelling, and Remembering the Holocaust in Bulgaria.

12 May 2021, 14h-16h

Webinaire Tandem, organized by Michèle Baussant (CEFRES, CNRS) 

Presentation in English of the book:  « Et les Juifs bulgares furent sauvés… ». Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie . Académique. Paris: Presses de Sciences Po, 2020

Bulgaria was an exception; a state allied with the Reich that refused to deport its Jewish community. This image of Bulgaria during WWII has persisted until the present day, overlooking the fact that in the Yugoslavian and Greek territories occupied by this country between 1941 and 1945, almost all the Jews were rounded up, sent to Poland, and exterminated.

The result of a vast documentary and archival investigation, Nadège Ragaru has pieced together the origins of what was long assumed to be factual because it was widely believed. It explains why a single aspect of a complex and contradictory history was emphasized in the transmission of history. She shows how the deportations, although not expunged, were considered secondary in public discourses, museums, history books, and the arts. She looks at how writings on the persecutions of Bulgarian Jews became caught up in the Cold War and then the political and memorial struggles of the post-communist period in the Balkans and the rest of the world.

Deeply original in its approach and in its style, this historical investigation is an exemplary reflection on the silences of the past.

Lecturer

Nadège Ragaru (Research Professor, Sciences Po Paris, Ceri-Cnrs)

Discussants

Rika Benveniste (Professor of History, University of Thessaly, Greece)

Jan Grabowski (Professor in History, University of Ottawa, Canada)

plus d’infos

Lieu : en ligne, retransmis en direct sur la page Facebook du CEFRES  www.facebook.com/cefres
Ou sur Zoom, pour recevoir le lien du webinaire, veuillez contacter Claire Madl : claire(@)cefres.cz
Langue : anglais

Journée d’étude – États, Empires, Migrations – 19 et 20 mai 2021

Le GROC (Groupe de recherches sur les ordres coloniaux) a l’immense plaisir de vous annoncer la tenue future de la journée intitulée : États, Empires, Migrations.

Après une très longue préparation et un report dû à une certaine pandémie, cette journée se tiendra les 19 et 20 mai 2021. Initialement prévue entre les murs de l’université Le Havre-Normandie, cet évènement sera accessibles à distance. Afin de pouvoir y assister et contribuer à ses échanges, il est nécessaire de nous écrire, dès maintenant, à : je.groc.eem@gmail.com.

Cette journée est organisée par plusieurs membres du GROC, intéressé.e.s par l’étude des phénomènes migratoires : Vincent Bollenot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Aliénor Cadiot (EHESS) ; David Leconte (Université Le Havre-Normandie) ; Sara Legrandjacques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Hugo Mulonnière (Université Paris Nanterre).

C’est en novembre 2019 que nous avions commencé à faire connaître notre appel à communication (ici). Nous y définissions ainsi notre projet :

« Lors du colloque international, Historiographies sans frontières. Les migrations internationales saisies par les histoires nationales (XIXe-XXe siècles), organisé à Paris le 4 octobre 2011, Philippe Rygiel, spécialiste de l’histoire des migrations, dressait le bilan de l’historiographie française de l’immigration depuis ses débuts dans les années 1980. Au sujet de la prise en compte de l’Empire par les historien.ne.s français, il déplorait que : « Nous avions un petit peu oublié que la France avait été un empire dans les années [1980] et [1990]. » Ce constat ne signifiait pas que les travaux français antérieurs aux années 2000 ne voyaient pas les migrant.e.s originaires des territoires sous domination française présent.e.s sur le territoire hexagonal, particulièrement dans la première moitié du XXe siècle. Il signifiait plutôt que l’Empire n’était pas au cœur du questionnement et de la réflexion de ces chercheur.e.s. La situation changea à partir des années 2000. Les migrations coloniales étaient alors étudiées par le prisme du territoire métropolitain : celui-ci faisait office de point d’arrivée tandis que les possessions ultramarines de la France constituaient des terres d’émigration . Peu de travaux prirent le parti inverse d’étudier les colonies comme des territoires d’immigration. En 2013, à l’occasion d’un ouvrage collectif faisant la synthèse de plusieurs décennies de recherche sur les empires coloniaux des XIXe et XXe siècles, Pierre Singaravélou, spécialiste de l’empire colonial français, présenta un bilan des travaux étudiant les migrations au sein de ces empires. La tendance s’inverse alors : les métropoles ne sont, ici, pas incluses comme territoires d’immigration et leurs rôles dans l’organisation des flux ne sont pas abordés. Par conséquent, ces deux approches montrent bien l’insuffisance de discussions entre les deux historiographies. Et pourtant, le croisement entre ces deux historiographies permettrait d’ouvrir de nouvelles pistes afin de les renouveler mutuellement. À travers trois journées d’études entre 2020 et 2021, nous souhaitons explorer l’une de ces pistes au moyen d’une thématique commune à ces deux traditions de recherche, celle de l’État. En effet, les États se sont imposés, dès les premières colonisations, comme des acteurs centraux, bien que non-exclusifs, des migrations impériales, à travers la mise en place de cadres législatifs, incitatifs ou répressifs, notamment.

Ces journées ont donc pour ambition de nourrir une réflexion ne se limitant ni à l’État et à l’empire français ni aux flux migratoires reliant les colonies à leur métropole. Il s’agit plutôt de considérer ces circulations de personnes dans toutes leurs configurations : les colonies furent aussi des terres d’immigration, les migrant.e.s n’étaient pas originaires uniquement de la métropole, et la colonisation ne commença pas au XIXe siècle. Cette approche globale est à long terme, puisqu’elle s’étend du XVIe au XXe siècle, doit permettre d’évaluer et de mesurer la pertinence d’une spécificité impériale quant aux migrations et à leurs régulations en faisant appel à des comparaisons inter- et intra-impériales. »

Nous sommes heureux et heureuses de pouvoir désormais vous présenter le programme de cette journée et ses contributeur.rice.s.

Axe I. Discipliner les migrations

Animé par Vincent Bollenot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Aliénor Cadiot (EHESS)

Théophile Lavault (Université Paris-Est Créteil), « La conquête des cœurs et des esprits » : un dispositif militaro-pastoral

Magali Bigaud (Université d’Amiens et de Brest), Encadrement par l’État français des migrations impériales en direction du Cambodge : enjeux coloniaux et postcoloniaux

Pascal Bonacorsi (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), La fabrique du « colon désirable » : L’administration préfectorale et la gestion des demandes d’emplois outre-mer (1890-1920)

Axe II. Colonies-Métropoles, des migrations spécifiques

Animé par Vincent Bollenot (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Sara Legrandjacques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Romain Landmeters (Université Saint-Louis-Bruxelles), Des migrants d’un genre colonial à Bruxelles. Les étudiant.e.s congolais.es dans les années 1950

Aliénor Cadiot (EHESS) et Hugo Mulonnière (Université Paris Nanterre), Algériens, Marocains et Tunisiens en métropole durant la Seconde Guerre mondiale : Encadrer les « Nord-Africains » sous Vichy

Axe III. Identités de papiers et contrôle de la migration

Animé par David Leconte (Université Le Havre-Normandie) et Hugo Mulonnière (Université Paris Nanterre)

Fanny Malègue (EHESS), Les habitants et les autres : Projet colonial, mobilités intra-impériales et enregistrement bureaucratique dans les Amériques françaises aux lendemains de la guerre de Sept Ans (seconde moitié du XVIIIe siècle)

Nicolas Ribeiro (Université de Nantes), « Un modèle de passeport » pour contrôler la circulation des habitants des colonies françaises des Petites Antilles durant la seconde moitié du XVIIe siècle : un dispositif voué à l’échec

Baptiste Mollard (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Une rencontre avec l’État ? : Les demandes de cartes d’identité et d’autorisations de sortie du territoire des Algérien·nes auprès du Gouvernement Général (1947-1962)

Vous pouvez consulter le programme en détail dans le lien suivant :2021.05.19-20-Programme-Journee-etude-États-Empires-Migrations

proteus webinar

Le CEFRES et l’Université Primorska organisent le premier webinaire Proteus dans le cadre du programme bilatéral PHC (Partenariat Hubert Curien) Proteus.

Quand : Mercredi 14 avril 2021, de 14h00 à 18h00
Où : En ligne (voir le lien ci-dessous)
Langue : Anglais
Organisateurs : CEFRES et Université de Primorska
Financement et évaluation : Campus France, Institut français de Slovénie,Agence de recherche slovène, MEAE et MESRI,  Ministère des sciences slovène.

Ce webinaire s’intéresse aux représentations actuelles du « démantèlement » et du « re-membrement » des empires intra- et extra-européens, suite à la Première puis à la Seconde Guerre mondiale, qui ont refondu les populations, les paysages, les frontières, les historiographies, les appartenances et les mémoires. Aujourd’hui, alors que les pays européens s’efforcent de former un monde, un espace et une histoire en commun, ils restent réticents à aborder ces héritages fantomatiques des empires et des guerres qui ont entraîné le déplacement forcé et la disparition de millions de personnes, comme les minorités ethniques expulsées de Prusse orientale et de Silésie, les Allemands des Sudètes et de Bucovine, les Italiens de l’ex-Yougoslavie, les Portugais d’Angola et du Mozambique, entre autres. 

Comment et pourquoi certains souvenirs des déplacements ont-ils été effacés, ignorés, oubliés, et d’autres sont-ils entrés dans les mémoires et commémorés ? De quelle manière ont-ils encore de l’importance aujourd’hui en Europe et au-delà ? Dans quelles circonstances, certaines caractéristiques du passé sont-elles restées si persistantes et résilientes ?

L’objectif du webinaire proposé est de répondre à ces questions en explorant des mémoires collectives parallèles, offrant des images qui chacune se reflète dans l’autre : les mémoires des personnes déplacées, et les mémoires de ceux qui sont restés et/ou ont (re)peuplé les espaces culturels et physiques après eux. A partir d’études de cas spécifiques de mouvements de dépeuplement et de repeuplement liés à l’histoire européenne troublée du XXème siècle et aux vestiges des empires et des guerres, nous avons l’intention d’explorer ce que les mémoires et les silences font aux lieux et ce que les lieux font aux mémoires et aux silences.

Programme

14h00 – 14h20

Courte présentation du Programme Proteus par Valentine Morel, attachée de coopération scientifique et universitaire au Ministère des Affaires étrangères français en Slovénie, et du projet par 

Michèle Baussant et Katja Hrobat-Virloget

Divisés et déracinés

14h20 – 14h35

Aleksej Kalc
, Académie slovène des sciences et des arts, Institut slovène des migrations (Ljubljana), Université de Primorska, Faculté des sciences humaines (Koper)
Transferts de population et transformations ethniques à Koper et Trieste après la Seconde Guerre mondiale : quelques aspects

14h35 – 14h50

Neža Čebron Lipovec
, Université de Primorska, Faculté des sciences humaines
La « continuité visuelle » du paysage dans une ville contestée : le rôle de l’architecture dans le processus d’enracinement d’une communauté

14h50 – 15h05

Petra Kavrečič
, Université de Primorska, Faculté des sciences humaines
Vivre à la frontière. La vie quotidienne dans la région frontalière d’Istrie après la Seconde Guerre mondiale.

Courte discussion de 15h05 à 15h20, Ghislaine Glasson-Deschaumes, cheffe de projet du Labex Passés dans le présent, Université Paris Nanterre

Pause de 15h20 à 15h30

Refaire, rester et s’implanter

15h30 – 15h45

Felipe Kaiser-Fernandes, CEFRES/ IIAC
Quand les paysages déchirés sont refaits : la politique des bazars post-socialistes en République tchèque.

15h45 – 16h00

Katja Hrobat Virloget
, Université de Primorska, Faculté des sciences humaines
A propos de ceux qui sont venus. Frontières symboliques et questions de « chez soi » après « l’exode » en Istrie.

16h00 – 16h15

Irene Dos Santos, CNRS/URMIS, boursière ICM
Les débris impériaux dans l’Angola post-colonial : le silence de ceux qui sont restés après 1975

Courte discussion de 16h15 à 16h30, Ghislaine Glasson-Deschaumes, cheffe de projet du Labex Passés dans le présent, Université Paris Nanterre

Pause de 16h30 à 16h40

Traces et espaces d’entre-deux

16h40 – 16h55

Maria Kokkinou, CEFRES et Université Charles
Tiehonin : Mémoires persistantes d’espaces transformés

16h55 – 17h10

Johana Wyss, Académie tchèque des sciences/CEFRES et Institut Max Planck d’anthropologie sociale
L’identité silésienne : entre récits hégémoniques et contre-récits

17h10 – 17h25

Michèle Baussant, CNRS, CEFRES (USR3138, CNRS, Mae), Boursière ICM
Histoires déplacées sans traces et traces du passé sans histoire : les Juifs égyptiens en et hors d’Egypte

Discussion de 17h25 à 18h, Ghislaine Glasson-Deschaumes, cheffe de projet du Labex Passés dans le présent, Université Paris Nanterre

Pour rejoindre la réunion, cliquez sur le lien suivant : https://us02web.zoom.us/j/87114991116

Southeast European Studies. A state of the art in Germany, Italy and Croatia

31. March 2021 – 15:00-17:00 CET  

with 

Ulf Brunnbauer, University of Regensburg

Francesca Rolandi, Masaryk Institute and Archives of the Czech Academy of Sciences

Igor Duda, Juraj Dobrila University of Pula.

The seminar will be moderated by Nadège Ragaru (Sciences Po Paris), Milica Popović (Sciences Po Paris) and Anne Madelain (INALCO Paris)

The working language will be English.

The seminar will be online. Virtual room : https://zoom.us/j/98684093674

When entering type in your name.

Plus d’infos sur : https://sferes.hypotheses.org/

Past in the present: migration and the uses of history in the contemporary era

25 March 2021 13h30 – 15h30

A Tandem Webinar
organized by Catherine Perron (Centre for international relations (CERI) – SciencesPo: Research group migrations and mobilities and Johana Wyss (Czech Academy of Sciences/CEFRES), with the collaboration of Michèle Baussant (CEFRES, CNRS) and Maria Kokkinou (CEFRES/Charles University).

Date: March 25th, 2021, 1.30 to 3.30 pm
Place: Online (see the Zoom link below)
Language: English

Lecturers:

Christophe Bertossi – Centre for Migration and Citizenship, French Institute of International Relations (IFRI), Paris/Department INTEGER, Fellow Institut Convergences Migrations, Paris
Jan Willem Duyvendak –  University of Amsterdam (UvA), /Netherlands Institute for Advanced Study in the Humanities and Social Sciences (NIAS-KNAW), Amsterdam
Nancy Foner – Hunter College and Graduate Center, City University of New York, New York

Will be presenting the Special Issue they published in the Journal of Ethnic and Migration Studies.

Discussants:

Wulf Kansteiner – School of Culture and society – History subject – Aarhus University, Denmark
Evelyne Ribert – CNRS/Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC)/EHESS – Fellow Institute Convergences Migrations

For more information about the Tandem programme, see the website: https://cefres.cz/en/tandem-program.

To join the Zoom meeting, please click on the following link: https://us02web.zoom.us/j/84864576020

      

Le passé au présent : usages de l’histoire et migration à l’époque contemporaine

25 mars 2021 13h30 – 15h30

Webinaire Tandemorganisé par  Catherine Perron  (Centre de recherches internationales de SciencesPo, CERI : Groupe de recherche migrations et mobilitiés et Johana Wyss (Académie tchèque des sciences / CEFRES) avec la collaboration de Michèle Baussant (CEFRES / CNRS) et Maria Kokkinou (CEFRES / Université Charles).

Date : 25 mars 2021, 13h30 à 15h30
Lieu : En ligne (lien Zoom disponible ci-dessous)
Langue : Anglais

Intervenants :

Christophe Bertossi – Centre for Migration and Citizenship, French Institute of International Relations (IFRI), Paris/Department INTEGER, Fellow Institut Convergences Migrations
Jan Willem Duyvendak – Sociology, University of Amsterdam (UvA), /Netherlands Institute for Advanced Study in the Humanities and Social Sciences (NIAS-KNAW), Amsterdam
Nancy Foner – Hunter College and Graduate Center, City University of New York, New York, NY, USA

Ils présenteront le numéro spécial du Journal of ethnic and migration studies : Past in the present : migration and the uses of history in the contemporary era.

Discutants :

Wulf Kantsteiner – School of Culture and society – History subject – Aarhus University – Denmark
Evelyne Ribert – CNRS / Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC)/ EHESS – Fellow Institut Convergence Migration

Pour plus d’informations sur le programme Tandem, veuillez consulter ce site : https://cefres.cz/fr/programme-tandem.

Pour vous connecter à la réunion, voici le lien Zoom :https://us02web.zoom.us/j/84864576020

, « Matrices coloniales, diasporas inversées et constellations égyptiennes : une ethnographie multisituée des Juifs d’Egypte »

Séminaire Mobilités et Appartenances (EHESS-Marseille), organisé par Francesca Sirna et Melissa Blanchard

Jeudi 11 mars, 11h00-13h00

Pour cette séance nous accueillerons  :  Michèle Baussant, CNRS, CEFRES,  Institut des Sciences Sociales du Politique et Fellow ICM

La discussion sera introduite par : Isabelle Grangaud, CNRS, CNE.

En raison des conditions sanitaires actuelles, cette séance sera accessible au public uniquement en visioconférence via zoom (lien de connexion ci-dessous):

https://zoom.us/j/99442886237?pwd=aEdDZzNneEpmcW93S3lSc0piQjNDZz09

Faire territoire Faire société

UMR Environnement Ville Société

Vendredi 26 mars 2021 (10-12h30)

« Mémoires vives, mémoriaux et actualités politiques : quelles traductions spatiales pour quels enjeux sociaux ? ».

Les notions de mémoires vives, d’actualités politiques, de cicatrices, de résilience, de commémoration et remémoration, de réparation seront abordées à partir des trois communications suivantes :
– Sarah Gensburger, Chercheuse en sciences sociales, CNRS-ISP : « Les mémoriaux du 13 novembre : du quartier au musée »
– Rémi Korman, EHESS/CESPRA : « Commémorer le génocide des Tutsi en France : quels lieux et quels enjeux ? »
– William Robin-Detraz, Étudiant en M2 Sciences sociales à l’ENS de Lyon, Agrégé de géographie : « Les sépultures des Africains « morts pour la France » : lieux, commémorations et mobilisations de la mémoire des tirailleurs sénégalais ».

Toutes les informations (résumés et lien de connexion) sont dans le lien ci-dessous :

Tandem Launch

« Defeated Memories. De-imperial Europe: A Resentful Confederation of Vanquished Peoples? », Prague, Friday 20 November 2020 — Authors of the project: Michèle Baussant (CEFRES, CNRS), Johana Wyss (Czech Academy of Sciences), Maria Kokkinou (CEFRES / Charles University) A project carried out within the framework of the TANDEM program, developed by the Czech Academy of Sciences, Charles University and CEFRES/CNRS united within the Platform for Cooperation and Excellence in Humanities and Social Sciences. http://cefres.cz/en/category/research…

With the participation of:

Sylvie Démurger, Deputy Scientific Director, Europe and International Affairs (CNRS) Jérôme Heurtaux, Director of CEFRES Tat̕ána Petrasová, member of the Academy Council and coordinator of Czech Academy of Sciences for the TANDEM program Catherine Perron, Research Fellow, CERI, Sciences Po Paris Valérie Rosoux, Director of Research-Professor, Université Catholique de Louvain Thomas Van de Putte, Postdoctoral Fellow, Department of Sociology, University of Trento

Displaced Memories & Memories of Displacement

The international workshop Displaced Memories & Memories of Displacement: Vanquished Others, Silenced Past, and the Burden of Implication in the 21st Century will take place on 9th-11th June 2021 in Prague.

This workshop seeks to provide a comparative, collaborative, and interdisciplinary platform to discuss many cases of how the supressed heritage of the displaced populations in Europe and beyond is being negotiated in the present day. Given the nature of the historical imagination, the dissolution of social spaces can potentially lead to the belief that the history of those who ‘lost’ cannot be afforded memorial sites as they are no longer represented by a symbolic or geographic region. Countries that re-hosted the expellees believed that the expellees’ former sense of belonging would not be an issue in the present. However, the expellees often considered themselves expatriates and transformed their former local and regional places of settlement into homelands, cultivating a ‘retrotopical’ attitude (Bauman, 2017). 

At the same time, the newcomers who repopulated the left behind spaces, that were previously inhabited by the vanquished other, also found themselves in difficult position. While some of them took an active role in the expulsion as perpetrators, many of them could be seen as ‘implicated subject’ (Rothberg, 2019). How do the newcomers understand and negotiate their role and positionality in the context of forced displacement? 

The memories of displacement as well as displaced memories concern people in between several places, across different temporalities, and with multiple belonging. As such, they are notoriously difficult to grasp and therefore severely understudied. To amend this void in our knowledge and to question our taken for granted assumptions in this workshop we advocate multidirectional approach to memories of the displaced populations to answer these questions: 

  • How are social spaces redefined by their new inhabitants?
  • What happens with the heritage of the vanquished Other?
  • How has the heritage of displacement itself been ignored, forgotten, memorialized, transplanted duplicated, and recreated and commemorated, despite the dispersion of people and the lack of material artefacts?
  • Which sites of memory and what memorialization practices for these pasts are no longer associated with their former ‘milieux de memoire’ (Halbwachs 1941; Lavabre 2007)?

Partners: