Archives de catégorie : Aux marges/In the margins

A suivre…séminaire « Approches contemporaines de la mémoire », organisé par Saphia Doumenc et Thibault Ducloux

Séance inaugurale du séminaire « Approches contemporaines de la mémoire »

Vous pouvez réécouter en podcast la première séance du séminaire « ACM » lors de laquelle nous avons eu le plaisir d’entendre Vincent Veschambre, directeur du Rize et membre du laboratoire EVS ainsi que Marie-Claire Lavabre, directrice de recherche au CNRS et spécialiste des questions mémorielles.  


     Cycle I – Mémoires sociales : empreintes, formes et dimensions[1]

À l’amphithéâtre du Rize, de 14h à 17h.

22/01 – Séance d’ouverture : Présentation du séminaire et des enjeux scientifiques de l’objet mémoriel

Vincent Veschambre (directeur du Rize/EVS) et Marie-Claire Lavabre (CEE-Sciences Po)

16/02 – L’enfance des adultes : primes socialisations et mémoires sociales

Margot Delon (CENS) et Frédérique Giraud (CERLIS)

Discutant : Thibault Ducloux (CMH)

16/03 – Mémoires de (lutte de) classes : de l’héritage à la patrimonialisation

Michelle Zancarini-Fournel (LARHRA) et Thomas Zanetti (EVS)

Discutante : Morane Chavanon (Triangle)

13/04 – Espaces et mémoires : la douleur à l’épreuve de l’oubli 
Dominique Chevalier (EVS) et Anne Hertzog (MRTE)

Discutant : Vincent Veschambre (EVS)

18/05 – Dominations, discriminations et mémoires silencieuses 

Fanny Gallot (CRHEC) et Joanne Le Bars (ACP)

Discutante : Saphia Doumenc (Triangle)

Organisation du séminaire :

Saphia Doumenc (Triangle) : doumenc.saphia@gmail.com

Thibault Ducloux (Centre Maurice Halbwachs) : ducloux_t@hotmail.fr

Responsable scientifique du séminaire :

Vincent Veschambre (EVS, Rize)

Comité d’animation :

Mélodie Breton (CESSP)

Lina Cardenas (LATTS)

Lison Leneveler (CRJ)

Béatrice Zani (Triangle)

[1] Le compte rendu de chaque séance sera publié sur le carnet hypothèses du Rize :                         https://mes.hypotheses.org/

Silesia: simultaneously present and absent

One of the less known regions with which the Tandem project is concerned is Silesian. This Central European region with a volatile past, marks an area where Bohemian, Moravian, German, and Polish spheres of influence converge, both historically and contemporaneously. Despite the aspirations of some, Silesia has never managed to become a state in its own right, leaving it vulnerable to the territorial ambitions of the states in which it has existed. Throughout most of the last millennium, Silesia has been a constitutive part of the Czech Kingdom and the Habsburg Empire and in the eighteenth century, after the Silesian Wars, it was divided between Austria-Hungary and Prussia. Prussia expanded significantly as a result of its conquest of seven-eighths of Silesian territory in the 1740s, later called Prussian Silesia. From the total area of Silesia of 40,625 sq. km, Prussia gained 35,786 sq. km. The Prussian military’s conquest of Silesia entailed a dramatic increase in the territory of the Prussian state by a little less than fifty percent, and the Prussian population of 2,240,000 was also increased by the addition of 1,160,000 Silesians, who thus constituted nearly a third of Prussia’s population following the conflict. Austria-Hungary, on the other hand, was left with only a narrow south-eastern strip of Silesia, consequently named ‘Austrian Silesia’, and constituting only one-eighth of the former Silesian Land.

Writing about Silesia is a challenging task for a number of reasons. For example, having disappeared from the present-day map, where is Silesia? It clearly exists in the minds of its inhabitants, as well as those of the relevant nation-state authorities. How, then, should one deal with a missing land that never really went away? One possible solution would be to go ‘back in time’ and use the geographical traces of the past to reconstruct the borders of Silesian land. The result could be a map, such as the one below, showing the borders of Austria Silesia and Prussia Silesia superimposed on the modern-day Central European states.

For open access academic resources, go to:

https://research-repository.st-andrews.ac.uk/handle/10023/3317

The Notion of Silence vs the Act of Silencing

Silence is often associated with an absence or a void. However, in many cases, silence is in fact a powerful means of communication. For example, it is often used as a highly emotional tool in commemorative rituals, like the two-minute silence held to remember victims of war. It can relate to the desire to achieve peace and to connect with the divine through meditation and prayer, as is the case in Buddhist or Quaker silent practice. Silence can be also an active way of resistance, where the decision to refrain from talking requires a considerable amount of willpower, such as not to divulge a hiding location of political prisoners. However, silence can also tell us about a culturally tabooed subject of which one is not meant to speak publicly, such as menstrual cycle; or indicate danger and fear, as is evocatively described in Harry Potter novels featuring “You-Know-Who”. As such, it does not exclusively belong to a singular domain, rather it oscillates between liberty and restriction, conflict and reconciliation, presence and absence, as well as hope and fear. The type of silence that I am particularly interested in is ‘historical silence’, referring to fragments of the past that is available and meaningful in the present day (people know about it/remember it either personally or vicariously), however we do not officially talk about it or commemorate it. It is silenced.

Silencing is an active attempt of a social actor (individual, group, or institution) to directly or indirectly assert their power to silence another social actor. Silencing is thus fundamentally different to forgetting, which, in my reading, is not prescriptive. If a social actor is forced to refrain from remembering, it is a form of silencing, not forgetting. Silencing, as an act of causing another social actor to fall silent, can also take multiple forms. For instance, a religious group can attempt to silence marginalized groups, such as LGBTQ+ by the threat of excommunicating them from the church they belong to; totalitarian regimes can silence their opponents by imprisonments or by sending political prisoners into labour camps; criminal organizations like the mafia can be silencing their victims by killing them; or nation states sanitize their past wrongdoings by silencing compromising narratives in the national school curricula, such as the case of whitewashing the USA’s history textbooks, as one example among many. Silencing is always political, serving particular purposes, and reflecting current societal power dynamics.

Je vois rouge, de Bojina Panayotova

La réalisatrice enquête sur les réalités d’une Bulgarie communiste qu’elle a quittée enfant. Une odyssée tragi-comique, à mi-chemin entre le film d’espionnage et le roman familial.

Bojina Panayotova a quitté la Bulgarie avec ses parents à l’âge de 8 ans, avant la chute du mur. Elle en a longtemps cultivé le souvenir un peu nostalgique d’une époque communiste idéalisée. En 2014, après vingt-cinq ans passés en France, elle ressent le besoin d’y retourner pour confronter cette mémoire incomplète à la réalité. Mais sa quête menace de tourner à la catastrophe : en venant peu à peu à soupçonner que des membres de sa propre famille ont pu collaborer avec la police secrète, elle convainc ses parents de déposer une requête auprès de la commission spéciale chargée de dévoiler les archives du régime au public…

Exercice de vérité
Je vois rouge évoque la béance à laquelle est confrontée la génération de l’après-communisme, qui n’a pas vécu cette rupture radicale mais en reste tributaire. Car faute d’avoir été mis à distance par la démarche historique, ce bouleversement profond, référence omniprésente et hors d’atteinte des aînés, demeure à l’état de « trou » narratif. Un film inattendu, parfois dérangeant tant Bojina Panayotova, usant de la caméra comme un révélateur, malmène ses interlocuteurs pour leur arracher des réponses. Mais la sincérité, la finesse et l’autodérision du récit tempèrent cette violence inquisitrice. Une odyssée tragi-comique et salutaire, à mi-chemin entre film d’espionnage et roman

84 minDisponible du 30/11/2020 au 04/02/2021 sur ARTE

familial.https://www.arte.tv/fr/videos/081579-000-A/je-vois-rouge/

Webinaire Rue d’Alger

https://www.facebook.com/events/113975550438885/?source=6&ref_notif_type=plan_user_invited&action_history=null

Rejoignez-nous sur Zoom:https://univ-amu-fr.zoom.us/j/96183436174…
Programme:
13h00 : Introduction du webinaire

Alessandro Gallicchio (ESBAN) et Pierre Sintès (TELEMMe CNRS-AMU)

13h30-15h30 : Webinaire Rue d’Alger#1Autour des patrimoines postcoloniaux et minoritaires

En Méditerranée comme ailleurs, les sociétés portent les traces des matrices politiques et identitaires qui ont régi leur passé. Discrets ou flagrants, ces témoignages s’imposent dans les paysages comme dans les relations sociales, au point de sembler être un état des choses non questionnable. Pourtant, depuis plusieurs décennies déjà, de nombreux acteurs (militants, artistes, auteurs) cherchent à démontrer que les rapports inégaux du présent doivent être éclairés à la lumière de l’histoire afin que soient construites des lectures plus apaisées du passé ainsi que des sociétés plus soucieuses de la place de chacun. En ce début de XXIesiècle, les exemples se répondent aux quatre coins du monde pour que soient reconnues les souffrances comme les inégalités du présent. Ce mouvement, qui associe justice mémorielle et activisme politique, est au cœur des œuvres des artistes exposé.e.s dans Rue d’Alger ainsi que des contributions des invité.e.s de cette première séance de séminaire. Leur présence donnera l’occasion de débattre de ces nouveaux défis pour des États-nations dont la construction s’est souvent faite au mépris des particularités et dans le dénie de certaines oppressions. Qu’ils inquiètent (séparatiste), amusent (folklore) ou convainquent (progressisme), nous faisons l’hypothèse que l’importance contemporaine de ces mouvements, souvent regroupés sous le terme de postcoloniaux, mérite d’être évaluée afin de comprendre les mécanismes actuels d’appropriation du passé et de son patrimoine, ainsi que la puissance du rôle qu’ils jouent dans notre présent.
Participants:Samia Chabani, Association Ancrages, Marseille, Fabrice Denise, Musée d’histoire de Marseille, Vincent Geisser, IREMAM, CNRS-AMU, Emma Grosbois et Agathe Rosa, artistes, Marseille(Modération : Camille Faucourt, Mucem)

Photo de couverture: ©JeanchristopheLETTSee Less

Israel: a diaspora of memories?

By M.BAUSSANT, D.MICCOLI AND E.SCHELY-NEWMAN

Since the late nineteenth century and the emergence of the Zionist idea, the Land of Israel – after 1948, the State of Israel – has been presented as a shelter where Jews would build a state of their own and put aside their past life and experience in the diaspora. The return of the Jews to the Land of Israel would bring about the emergence of a new “Hebrew” man and woman, of a unified and rejuvenated people, speaking a common language and sharing one ethno-national identity. In fact, Zionism viewed the diaspora (think of the idea of shlilat ha-galut) as a set of negative parentheses in Jewish history, something to be forgotten and substituted with other (national) memories. So the ideology and policies built on that basis before and especially after the founding of the State of Israel intended to erase the diasporic origin of the (Israeli) Jew and support this Jew’s feeling of having grown up in a void and of originating as a tabula rasa of sorts in Israel. Socialist Zionism and an originally European (Ashkenazi) identity became the hegemonic models to which Jewish migrants would need to conform. However, despite efforts to gather all the Jews from the diaspora in Israel and fuse them as part of the so-called mizug galuyiot (“ingathering of exiles”), since its beginnings and especially in the last few decades the country has paradoxically experienced the emergence of new, Israeli, diasporas.

Israel: A Diaspora of Memories

WORKSHOP : « Connectivités djerbiennes. Globalisations méditerranéennes des Juifs de Djerba » (26 novembre 2020)

Jeudi 26 novembre 2020 –Le projet vise à entamer une enquête exploratoire et pluridisciplinaire sur les Juifs de Djerba en Méditerranée (Djerba, Marseille, Israël). Il s’appuie sur et rend hommage au travail de Lucette Valensi, et à son étude monographique (avec Abraham Udovitch, 1984) des « Last Arab Jews » au début des années 1980. Plus de trois décennies plus tard, la vitalité de cette communauté ne se dément pas, tant à Djerba, qu’en diaspora. Le cas des Juifs de Djerba à Marseille nous servira de pierre de touche pour interroger et démontrer leurs capabilités à s’insérer dans les réseaux de la phase actuelle de globalisation, au sein de circulations sud-sud. Au-delà de ce cas d’étude, l’idée est de comprendre comment ce groupe social, de par son histoire, représente un exemple paradigmatique de connectivités : où comment des marges apparentes parviennent à devenir des centres/polarités, cela en vertu de leurs compétences/répertoires d’actions accumulés au fil des différentes phases de globalisations.

WORKSHOP : « Connectivités djerbiennes. Globalisations méditerranéennes des Juifs de Djerba » (26 novembre 2020)

The Jewish Diaspora after 1945: A Study of Jewish Communities in the Middle East and North Africa

For Jews across the Middle East and North Africa, the 1948 establishment of the State of Israel was a transformational period—in both the build-up to it and its aftermath. Using this momentous event as its focal point, this book takes the reader on a journey to remote destinations in the 20th century Jewish experience, examining aspects of Jewish history that have hardly ever been discussed in one place and in such an intriguing combination. Jews have played an integral role in the Arab world, Turkey, Iran, and North Africa for millennia. Their lives were intertwined with those of the majority non-Jewish communities among whom they dwelt: their mass expulsion and emigration after World War II ended the existence of a vital part of nearly all the societies in the region.

https://books.google.cz/books/about/The_Jewish_Diaspora_after_1945.html?id=rjAKEAAAQBAJ&redir_esc=y

Les jeudis cartographiques : l’atelier de cartographie expérimentale et critique

Labex Pasts in the Present


Le présent atelier est conçu avec Jean Cristofol, philosophe, et Bénédicte Bucher, directrice de recherche à l’IGN, tous deux membres du conseil scientifique du Labex. L’atelier de cartographie expérimentale et critique a pour objectif de contribuer à ouvrir un espace d’échange et de réflexion sur les formes et les enjeux des démarches cartographiques dans les contextes de la recherche en sciences et en arts. Ces démarches sont déjà nombreuses – et diverses – parmi les chercheurs du Labex. Cette richesse doit être un apport pour l’atelier qui espère aussi l’alimenter par d’autres éclairages, d’autres points de vue, d’autres aventures, certaines scientifiques, certaines artistiques. L’un des partis-pris sera d’interroger la cartographie moins par ses résultats (les cartes considérées comme des représentations) que par les dispositifs et les démarches qu’elle met en œuvre ou qu’elle nourrit, avec toute la complexité des stratégies de recherche, de création ou d’intervention qui s’y trouvent mobilisées. Il s’agira de proposer la cartographie comme une démarche exploratoire, à la fois épistémique et plastique, technologique et inventive, politique et poétique. Après une première séance d’introduction, d’échanges et de propositions, l’atelier se déroulera ensuite dans un format d’une journée par mois. Chacune d’elles sera conduite avec un.e ou plusieurs invité.e.s et consistera en une séance d’expérimentation à partir des matériaux des équipes de recherche du Labex.

Jeudi 26 novembre 2020, campus de l’Université Paris Nanterre, de 14h00 à 17h00

Séance introductive
Invités : Jean Cristofol, Anna Guilló (artiste, professeure à l’Université d’Aix Marseille, membre du collectif de l’antiAtlas), Thierry Fournier, artiste plasticien, commissaire d’exposition, enseignant à Sciences Po Paris. Cette première séance a pour objectif de présenter l’atelier,
d’en débattre les enjeux et les perspectives. Chaque participant.e est invité.e à apporter ses matériaux, questions, propositions pour construire les ateliers suivants.


Dates des séances suivantes :
Jeudi 17 décembre 2020
Jeudi 14 janvier 2021
Jeudi 11 février 2021
Jeudi 18 mars 2021
Jeudi 15 avril 2021
Jeudi 20 mai 2021
Jeudi 17 juin 2021
Pour toute question, suggestion,

Pour toute question, suggestion, manifestation d’intérêt, merci d’écrire à l’adresse suivante : jeudis.carto@passes-present.eu