Maria Kokkinou

Maria Kokkinou has recently completed a PhD in Social Anthropology and Ethnology in the IIAC (Institut Interdisciplinaire de l’Anthropologie du Contemporain) research lab at the EHESS school in Paris. At CEFRES she is a postdoctoral researcher within the TANDEM project entitled “The Europe of Resentment and Rubble: a Confederation of the Vanquished?”.

My PhD thesis focused on the political refugees of the Greek civil war (1946-1949) who fled to Bulgaria. This work aimed, among other objectives, to shed light on the lives of various categories and generations of refugees (including those born in exile), spanning a time period which includes the Cold War and continues long after it ended. The research was based on a multi-sited ethnography in Greece and Bulgaria, and on two types of sources: the archives of the Democratic Organisation for Culture and Education, the DOME, founded in 1962 by the Greek Communist Party officials present in Sofia, and in-depth interviews (life stories) conducted over three generations; refugees, their children and their grandchildren.

However, civil war refugees is not the only displaced population group in modern Greek and Turkish history. In 1923, following the signing of the Lausanne Treaty which dictated a population exchange between Greece and Turkey, the majority of Orthodox, GreekspeakingTurkish citizens (about 1,2 million people) were forcibly displaced to Greece, a group known in Greek historiography as the ‘Asia Minor refugees’. Conversely, Muslim Greek citizens (about 500,000) were displaced to Turkey. Both the Orthodox and the Muslim populations which were exchanged had already been inhabiting the Ottoman Empire and remained on its fragmented lands even after its dissolution which led to the creation of nationstates.

Even though the Lausanne Treaty deprived the majority of these populations of their place of origin, it eradicated neither the Orthodox element in Turkey nor the Muslim element in Greece, where the descendants of these displaced groups still reside as religious minorities. How did the subjects in both countries experience their forced displacement? With what memories do they associate their place of origin? What emerges when the subjects recall the period of their co-existence? Is it memory, or is it oblivion? How does forced displacement transform memory? How do these ‘minorities’ experience their present coexistence?

Using ethnographic data from in situ observation at the places of both origin and residence of the two minorities, combined with archival material, this research will attempt totrace the role of memory through the experience of displaced populations in two ethnographic areas, Greece and Turkey, where the descendants of these populations still live. The aim is to highlight the place of memory and oblivion in situations of forced movement, by establishing a comparative approach across other examples of forced displacements inscribed in different times and places. For this reason, throughout this post-doctoral research and at various stages of its development, group ateliers with the participation of researchers from both institutions will be pursued, while the completion of the research, along with its publication through articles and edited books, will be presented at a conference.

Maria Kokkinou vient de terminer un doctorat en anthropologie sociale et ethnologie dans le laboratoire de recherche de l’IIAC (Institut Interdisciplinaire de l’Anthropologie du Contemporain) à l’EHESS à Paris. Au CEFRES, elle est chercheuse post-doctorante dans le cadre du projet TANDEM intitulé « L’Europe des ressentiments et des décombres : une confédération de vaincus ? »

Sa thèse de doctorat portait sur les réfugiés politiques de la guerre civile grecque (1946-1949) qui ont fui en Bulgarie. Ce travail visait, entre autres, à faire la lumière sur la vie de diverses catégories et générations de réfugiés (y compris ceux nés en exil), pour une période couvrant la guerre froide et les années 1990 et 2000. La recherche s’est appuyée sur une enquête ethnographique multi-sites menée en Grèce et en Bulgarie, et sur deux types de sources : les archives de l’Organisation démocratique pour la culture et l’éducation, la DOME, fondée en 1962 par les responsables du Parti communiste grec présents à Sofia, et des entretiens approfondis (récits de vie) menés sur trois générations : les réfugiés, leurs enfants et leurs petits-enfants.

Cependant, les réfugiés de la guerre civile ne sont pas le seul groupe de population déplacé dans l’histoire moderne de la Grèce et de la Turquie.  En 1923, à la suite de la signature du Traité de Lausanne qui a initié un échange de population entre la Grèce et la Turquie. La majorité des citoyens orthodoxes turcophones (environ 1,2 million de personnes) ont été déplacés de force vers la Grèce, groupe connu dans l’historiographie grecque sous le nom de « réfugiés d’Asie Mineure ». Inversement, les citoyens grecs musulmans (environ 500 000 personnes) ont été déplacés vers la Turquie. Les populations orthodoxes et musulmanes qui ont été échangées avaient déjà habité l’Empire ottoman et étaient restées sur ses terres fragmentées, même après sa dissolution et la création d’États-nations.

Même si le Traité de Lausanne a privé la majorité de ces populations de leur lieu d’origine, il n’a éradiqué ni l’élément orthodoxe en Turquie ni l’élément musulman en Grèce, où les descendants de ces groupes déplacés résident encore en tant que minorités religieuses. Comment les individus déplacés de ces deux pays ont-ils vécu leur déplacement forcé ? A quels souvenirs associent-ils leur lieu d’origine ? Qu’est-ce qui ressort lorsque les acteurs se souviennent de la période de leur coexistence ? S’agit-il de mémoire ou d’oubli ? Comment le déplacement forcé transforme-t-il la mémoire ? Comment ces « minorités » vivent-elles leur coexistence actuelle ?

En utilisant des données ethnographiques provenant d’observations in situ sur les lieux d’origine et de résidence des deux minorités, combinées à des documents d’archives, cette recherche tentera de cerner le rôle de la mémoire à travers l’expérience de populations déplacées dans deux zones , la Grèce et la Turquie, où les descendants de ces populations vivent encore.  L’objectif est de mettre en évidence la place de la mémoire et de l’oubli dans les situations de déplacement forcé, en établissant une approche comparative avec d’autres exemples de déplacements forcés inscrits dans des temps et des lieux différents. C’est pourquoi, tout au long de cette recherche post-doctorale et à différentes étapes de son développement, des ateliers de groupe avec la participation de chercheurs des deux institutions seront menés, tandis que l’achèvement de la recherche, ainsi que sa publication sous forme d’articles et d’ouvrages édités, seront présentés lors d’une conférence.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Michèle Baussant (17 novembre 2020). Maria Kokkinou. Mémoires défaites / Defeated memories. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhnt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.