Michèle Baussant

Michèle Baussant est anthropologue, directrice de recherches au CNRS, après des études à l’Université Paris Nanterre, puis un post doctorat au Canada, entre 2003 et 2005, à l’Université Laval (Québec). Ayant une formation universitaire en histoire et en anthropologie, son parcours croise, depuis ses débuts, une perspective anthropologique articulée à d’autres approches disciplinaires (histoire, sociologie politique, géographie, digital humanities…) et une vision comparative et connectée de ses différents terrains qui lui permettent de penser sa thématique principale de recherche : le rôle de la mémoire comme ressource pour d’un côté créer des solidarités fondées sur un passé vécu et/ou transmis, et de l’autre, produire des mécanismes de rejet, d’exclusion et de désaffiliation. Ce parcours se caractérise ainsi par la continuité de ses terrains d’enquête, de l’Algérie dans ses liens avec la France, à l’Égypte et au Liban et enfin aux espaces israélo-palestiniens.

Ses recherches s’inscrivent dans le champ des études mémorielles, à partir de l’approche anthropologique qui a, dès ses fondements, envisagé la mémoire, en tant que pratique, discours, processus et contenu, comme une partie intégrante de la discipline. Depuis 1993 jusqu’à aujourd’hui, son travail envisage cette problématique sous un angle spécifique, celui des déplacements multiples des populations constituées pour tout ou partie de migrants venus dans des pays d’islam lors de la formation des empires coloniaux européens des 19ème et 20èmes siècles puis dispersées, après les indépendances, hors de ces pays. Cette focale lui a permis ensuite de conduire, en y adjoignant d’autres terrains, une réflexion plus large sur la figure du tiers-exclu et des perdants de l’histoire qu’elle développe dans le cadre du programme TANDEM mené avec Johana Wyss. Il questionne les legs impériaux de l’ancienne Europe, en incluant dans une perspective connectée les différentes formes d’empires – intra-européens et extra-européens – qui ont façonné les imaginaires et les espaces actuels de la « nouvelle Europe ».
Ce projet s’inscrit dans le fil des projets qu’elle a coordonné ou qu’elle coordonne, dont l’ANR MRSEI Silenced pasts: memories and representations of the past in migratory and collapsed societies, le programme Disrupted histories, recovered pasts/Histoires perturbées, passés recouvrés, financé conjointement par l’AHRC (GB), Labex Passés dans le présent /Pasts in the present (France) (PI : Sian Sullivan Bath University et Michèle Baussant, CNRS).

Projet Tandem : Une Europe décolonale? Temps et territoires des vaincus

Michèle Baussant is an anthropologist, research director at CNRS. She graduated in history and anthropology at Paris-Nanterre University and held a postdoctoral position at Laval University (Quebec) between 2003 and 2005. Her research, since its beginnings, has crossed an anthropological perspective with other disciplinary approaches (history, political sociology, geography, digital humanities) and a comparative and connected vision of her different fields allowing her to grasp her main research topic: the role of memory as a resource for, on the one hand, creating solidarities based on a lived and/or transmitted past, and, on the other hand, producing mechanisms of rejection, exclusion and disaffiliation. This path is, therefore, characterised by the continuity of her fields of investigation, from Algeria in its links with France, to Egypt and Lebanon, and finally to the Israeli-Palestinian spaces.

Her researches belong to the field of memory studies, based on the anthropological approach which has, since its very foundations, considered memory, as a practice, a discourse, a process and a content, as an integral part of the discipline. From 1993 to the present, her work considers this issue from a specific angle, that of the multiple displacements of populations made up, in whole or in part, of migrants who came to Islamic countries during the formation of the European colonial empires in the 19th and 20th centuries and then dispersed, after their independence, outside these countries. By adding other fields, this perspective then enabled her to initiate a larger reflection on the figure of the excluded third and the losers of history that she is carrying out within the framework of the Tandem programme conducted with Johana Wyss. It questions the imperial legacies of old Europe, including the different forms of empires in a connected perspective – intra and extra-European – that have shaped the imaginations and current spaces of the “new Europe”.

This project is in line with the projects she has coordinated or is coordinating, including the ANR MRSEI “Silenced pasts: memories and representations of the past in migratory and collapsed societies”, the programme “Disrupted histories, recovered pasts/Histoires perturbées, passés recouvrés”, jointly funded by the AHRC (UK), Labex Passés dans le présent /Pasts in the present (France) (PI: Sian Sullivan Bath University and Michèle Baussant, CNRS).

Tandem Project : A decolonial Europe? Periods and places for defeated peoples


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Michèle Baussant (15 novembre 2020). Michèle Baussant. Mémoires défaites / Defeated memories. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nhns


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.