Mémoires défaites / Defeated memories

Defeated memories est un projet du programme TANDEM de l’Académie tchèque des sciences (CAS), de l’Université Charles et du CEFRES/CNRS, basé sur la coopération de la plate-forme CEFRES et visant à promouvoir l’excellence dans les sciences sociales et humaines. A travers ce blog, nous voulons informer sur le développement du projet de recherche, partager les résultats préliminaires, diffuser les présentations et les publications. L’objectif est d’impulser un dialogue avec tous les chercheurs intéressés par ces questions.
À l’initiative de Michèle Baussant, anthropologue et directrice de recherches au CNRS, ce projet Tandem est également porté, côté tchèque, par Johana Wyss, anthropologue et chercheure à l’Académie tchèque des sciences. Maria Kokkinou, anthropologue et postdoctorante au Cefres et à l’Université Charles, est aussi membre de l’équipe Tandem.

Au point de vue scientifique, ce carnet a au moins quatre objectifs :

-Proposer une réflexion pionnière sur les paysages mémoriels fantomatiques, matériels et symboliques, des minorités vaincues, déplacées et dispersées après l’effondrement successif des entités impériales et multinationales au cours du XXe siècle, la reconfiguration des pays d’Europe centrale et orientale due à la guerre froide, et plus tard, à la chute des régimes communistes. Par minorités vaincues, nous entendons les populations qui ont été identifiées ou associées aux régimes politiques de ces formations, et considérées comme complices ou comme responsables de leurs systèmes politiques de domination et/ou de dictature.

  • Croiser de manière inédite les mémoires des déplacés et de ceux qui ont habité ou continué d’habiter les espaces culturels et physiques après eux, offrant des images en miroir, décalées, distordues ou aveugles.
  • Décrire les effets de ces passés dans le présent, leurs formes complexes et ambiguës de présence et d’absence, d’exclusion et d’inclusion dans les territoires où ces populations ont disparu et dans ceux où elles ont transporté et parfois transposé, de manière symbolique et matérielle, leurs héritages et leurs imaginaires.
  • En s’appuyant sur un choix de cas différents – minorités expulsées de Prusse orientale et de Silésie, Allemands des Sudètes et de Bucovine, Italiens de l’ex-Yougoslavie, minorités « étrangères » ou « locales » d’Egypte, Portugais d’Angola et du Mozambique, mettre au jour une cartographie stratifié et multiforme des « postsigns of memory », en s’appuyant sur la transversalité des cas, la mise en miroir des points de vue, la collecte de données ethnographiques et la production d’une base de données.

Defeated memories/Mémoires défaites

‘Defeated memories’ is a project within the TANDEM program of The Czech Academy of Sciences (CAS), Charles University and CEFRES/CNRS based on the CEFRES Platform’s cooperation that fosters excellency in social sciences and humanities. Through this blog, we want to inform about the development of the research project, share preliminary results, and disseminate presentations and publications. The objective is to stimulate a dialogue with all researchers interested in the issue of ‘defeated memories’.

Initiated by Michèle Baussant, anthropologist and research director at CNRS, this Tandem project is also carried out, on the Czech side, by Johana Wyss, anthropologist and researcher at the Czech Academy of Sciences. Maria Kokkinou, anthropologist and postdoctoral fellow at CEFRES and at Charles University, is a member of the Tandem team as well.

In scientific terms, this blog has four main objectives:

 -To propose a pioneering approach on the ghostly, material and symbolic memorial landscapes of defeated minorities who have been displaced and dispersed after the successive collapse of imperial and multinational entities during the 20th century, followed by the Cold War reconfiguration of countries of Central and Eastern Europe, and later on, due to the fall of the communist regimes. We define defeated minorities as populations who have been identified or associated with the aforementioned political formations, and considered at best as accomplices, and at worst as responsible for their political systems of domination and/or dictatorship.

– To cross the memories of the displaced people in an unprecedented way and of those who lived or continued to live in the cultural and physical spaces after them, offering mirror images or images that are shifted, distorted or blind.

– To describe the effects of these pasts on the present, their complex and ambiguous forms of presence and absence, exclusion and inclusion in the territories where these populations disappeared and in those where they transported and sometimes transposed their heritage(s) and imaginations in a symbolic and material way.

– Based on a choice of different cases – Germans expelled from East Prussia and Silesia, Italians from former Yugoslavia, “foreign” or “local” minorities of Egypt, Portuguese of Angola and Mozambique-, to reveal the stratified and multifaceted cartography of “postsigns of memory”, by relying on the transversality of cases, the mirroring of points of view, the collection of ethnographic data and the production of databases.


Une réflexion sur « Mémoires défaites / Defeated memories »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.